Aller au menu | Aller au contenu | Aller aux commentaires | Aller au pied de page
Ville de Québec

"Un homme libre, c'est quelqu'un qui tente ce qu'il a envie de faire."

Dans la rue

le 23/05/2012 à 0:28 - terre Québec   nuage 16 °C

Les avenues québécoises se remplissent d'étudiants tous les soirs depuis 1 mois. Mais que se passe-t-il exactement?

En France on sait ce que c'est des manifestations étudaintes. Mais au Québec le simple fait de manifester n'est pas si courant, alors quand en plus ça dure plusieurs mois ça commence à faire jaser.

Tout a commencé il y a 3 mois de cela quand le gouvernement québécois dirigé par le premier ministre Jean Charest a décidé d'augmenter de 75% les droits d'inscription universitaire.

Des droits pour rentrer à l'université?

Au Québec contrairement à la France une année d'étude universitaire n'est pas gratuite, loin de là! Il en coûte environ 3 000$ (2 300€) pour un étudiant pour pouvoir suivre 1 année de cours. Et ça c'est seulement les droits d'inscription. Ensuite il faut acheter ses livres, son matériel scolaire, se loger, se nourrir etc... Conséquence la majorité des québécois sortent de leurs études avec des dettes sur le dos.

Ceci-dit c'est comme ça que ça se passe en Amérique du Nord. Toutes les universités exigent des droits d'inscription à leurs étudiants et ces droits sont souvent proportionnels à la réputation de l'université.

Pourquoi augmenter les droits?

Au Québec comme ailleurs l'heure est aux économies, alors le gouvernement cherche par tous les moyens à faire des coupes. Sa réflexion est simple : puisque les frais universitaire sont gelés depuis plusieurs années et qu'ils sont largement en dessous de la moyenne des autres universités nord américaines on va les augmenter.

Sauf que...

Sauf que le gouvernement a fait 2 erreurs :

75% d'augmentation c'est une année scolaire qui coûte maintenant 5 250$ (4 000€).
Conséquence plusieurs établissements se sont mis en grève dès le mois de février et les manifestations ont commencées dans les plus grandes villes de la province.
Les étudiants se montrent, communiquent, expliquent pourquoi ils ne veulent pas de cette réforme et quelles sont selon eux les solutions. Ils se sont même trouvé un symbole : un carré rouge (ici à droite). Celui-ci a rapidement fleuri sur toutes les vestes. Aujourd'hui impossible de ne pas en croiser dans les bus, les rues et même parmi mes collègues. Certain en ont mis de gros sur leurs fenêtres ou encore leurs balcons.

Trois organisation étudiantes sont sorties du lot et ont entamé des discussions avec la ministre de l'éducation. La ministre voulait d'abord l'arrêt des manifestations et les étudiants avant tout le retrait de la réforme. L'impasse pointait le bout de son nez et ça n'a pas manqué. Après plusieurs semaine de négociation infructueuses la ministre a présentée sa démission et a annoncée son retrait de la vie politique.

Les manifestations elles continuent. On en est ce soir à la 29ème manifestation nocturne consécutive.

Le début de l'engrenage

Le gouvernement n'a pas chômé. Dès le lendemain de la démission une nouvelle ministre de l'éducation est nommée et elle ne compte pas se laisser marcher dessus.

Face à la persévérance des étudiants le gouvernement a décidé d'employer la manière forte. Et il n'y est pas allé de main morte. Le gouvernement a fait passer une loi spéciale restreignant pour 1 année la liberté de manifester. Ainsi :

Et ça marche ?

Je ne comprends pas comment le gouvernement pense apaiser la situation avec une pareille loi. Il ne sait pas à quoi il s'attaque. C'est d'ailleurs l'effet inverse qui s'est produit aujourd'hui puisque Montréal a connu cet après midi la plus importante manifestation que le Canada n'ai jamais connu. Les estimations les plus faibles annoncent 200 000 personnes dans les rues de Montréal. Comptez vous même :

Petite illustration des slogans scandés pendant la manifestation "Charest, ouhou!" ou encore "La loi spéciale on s'en câlisse"


Ça n'est maintenant plus seulement les étudiants qui manifestent mais aussi toute une partie de la population qui bien que parfois favorable à la hausse des frais universitaire s'inquiète de la dérive du gouvernement sur le plan de la liberté d'expression.

La solution?

À mon sens la seule solution viable serai de déclncher de nouvelles élections législatives. Pourquoi?
Au Québec les élections ne sont pas à date fixe et c'est au gouvernement en place de déterminer la date des prochaines élections (dans certaine délais  bien heureusmenent). Et on parle de ces élections depuis des mois. Elles auraient dû se tenir au printemps mais finalement aucune annonce n'a été faite. Et pour cause, avec les derniers développement des manifestations étudiante le gouvernement en place a peu de chance de passer.

Aujourd'hui on parlait d'élections provinciale à l'automne, mais en attendant que va-t-il se passer? Affaire à suivre...


Tags politique , manifestation, carré rouge, étudiants

Creative Commons License Partagez cet article!
retour en haut haut
plus vert Commentaires (7)

Posté par Séb le 27/05/2012 à 18:31

@tonton gros doigt : la gauche ici n'existe pas vraiment. "Socialisme" ou pire "communisme"sont quasiment des insultes.
Le parti qui se revendique frère du PS ici est le Parti Québécois (PQ pour les intimes) qui est historiquement le parti revendiquant la souveraineté québécoise. D'après ce qu'on peut entendre il risque fort de passer au gouvernement lors des prochaines élections.
Le parti le plus à gauche serai "Québec Solidaire"

@Clem : si j'ai bien compris une fois que la loi est passée et que tu retrouves devant le juge tu apporter l'argument la loi n'est pas constitutionnelle. Dans ce cas c'est au juge de statuer mais ça peut prendre des années

Posté par Tonton gros doigtss le 24/05/2012 à 8:02

oui je sais y a plein de fôtes de frape...

Posté par Tonton gros doigtss le 24/05/2012 à 8:01

En France, il y a aussi des droits d'inscription. Je n'ai pas suivi leur évolution, mais en NC, en 2001, ils étaient de 28000 XPF soit 234 €. C'était déjà beaucoup, en raison de la situation économique de la plupart des gens. Chez les vous aut', là bas, au dessus de l'Américanie, les cousins y vont fort quand même, mais comme dit PEB, lesgouvernements de droite soignent leurs adminisitrés....Mais c'est quoi, la gauche chez vous ? Obama est considéré par certains républicains comae un dangerex gauchiste ...

Posté par PEB le 23/05/2012 à 13:40

Les gouvernements de droite de tous pays ne comprennent pas le peuple et s'adonnent à la répression à tout va pour camoufler leurs impuissance....
Je suis avec les étudiants Québécois, dommage que nous ne sommes pas à Québec en ce moment, j'irais manifester dans la rue avec eux !
Vive le Québec libre, vive la vie !

Posté par Aurèle le 23/05/2012 à 12:57

Les infos de m6 en ont parlé hier soir !!
Bon courage aux étudiants!!

Posté par Clem le 23/05/2012 à 8:30

Quant à ce qui est de la loi répressive, bon courage pour faire condamner autant de monde à des amendes ! (c'est d'ailleurs un des facteurs d'aggravation du mouvement, puisque le nombre aide à éviter ce genre de chose.) Sans compter qu'il doit bien y avoir un organisme de contrôle de constitutionnalité ou quelque chose du genre qui risque fort de s'en saisir, non ?

Posté par Clem le 23/05/2012 à 8:28

Beaucoup de gouvernements peu habitués aux manifestations et aux grèves ne réalisent pas qu'il faut toujours être très, très prudent quand il s'agit de l'éducation ou des étudiants. Il est assez rare qu'ils gagnent : c'est un secteur gigantesque qui peut très vite mobiliser des centaines de milliers de personnes, surtout de nos jours où l'info circule très très rapidement. Et bon quand ce gouvernement là chutera ils retiendront peut-être la leçon (surtout si vous avez des élections prochainement...)

Ecrire un nouveau commentaire



En publiant des commentaires sur ce blog, vous acceptez définitivement qu'ils soient placés sous la licence CC-By-Sa.

Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Sa, partagez son contenu!
Version 0.3 - Crédits image